Enchaînement de 2 Scènes dialoguées

SCÈNES DIALOGUÉES

Scène I INT. HALL NIVEAU PIÈCE JUGE DE L’EXÉCUTION
Yvan est inquiet. Il marche de long en large, piétine. Bientôt l’heure de l’audience devant le juge de l’exécution (Appel de la décision de la commission de surendettement lui accordant un plan conventionnel de règlement de sa dette avec sa banque), et son ami avocat Me Rémy, sensé le défendre, n’est toujours pas arrivé.
Me Rémy arrive en trombe, sa robe d’avocat sous le bras.
Me Remy
Bonjour Yvan, j’arrive un peu à la bourre. Ça va ?
Yvan (à la fois préoccupé et soulagé)
Essayant de faire bonne figure
Oui, si on peut dire!
Me Remy
Je suis revenu des Maldives hier. J’ai passé une semaine formidable! Ouai, avec une belle eurasienne!!! Eh! Il faut ce qu’il faut hein!
Yvan (faisant bonne contenance)
Ah Bon!
Me Remy
Un temps superbe… la pêche au gros! J’ai pris un superbe espadon, je ne te dis pas!
Yvan(distraitement)
Tu en as gardé un souvenir j’espère.
Me Remy
Ah ben ouai! Une superbe photo!
À ce moment là sort du secrétariat une jeune secrétaire. Yvan d’un geste l’interpellant.
Me Remy
S’il vous plait, pourriez vous m’indiquer ou se trouve le vestiaire des avocats.
La secrétaire
C’est sur votre droite Maître.
Me Remy
Je vous remercie.
(l’interpellant) Dites donc votre robe est magnifique!
La secrétaire
Merci Maître
Me Remy
Remarquez, avec un corps comme le votre, tout doit vous aller  à merveille.
Vous vous appelez com…
A ce moment là une collègue de bureau de la secrétaire, l’interpelle
La collègue de bureau (interrompant)
Sabine, un coup de fil pour toi.
Sabine
Excusez moi ! (elle rentre dans son bureau et ferme la porte)
Me Remy s’éclipse un moment pour enfiler sa robe d’avocat. Yvan est de plus en plus anxieux…. Puis Me Remy réapparait revêtu de sa robe d’avocat. Il était temps. À  ce moment là sort de la pièce, où se trouve le juge de l’exécution, la greffière
La greffière (Annonçant)
Affaire La mut’coop Crédit / Yvan Kermadec
Yvan , Me Remy et Me Christiane représentant la banque rentrent dans la pièce ou officie le juge.
SCÈNE II INT. PIÈCE OU OFFICIE LE JUGE DE L’EXÉCUTION
C’est une simple pièce avec des tables disposées en carré. La greffière prend place à droite du juge.
Yvan, Me Remy  sont assis coté gauche. Me Christiane, elle, prend place côté droit.
Le juge
Me Christiane vous avez la parole
Me Christiane
Mon client conteste à juste titre… et il a de bonnes raisons pour cela, la décision de la Commission de surendettement qui accorde à Monsieur Yvan Kermadec le bénéfice d’un plan conventionnel de redressement de la dette dont il est redevable auprès de mon client.
En effet Mr. Yvan Kermadec a sollicité la Commission non pas pour faire valoir un droit, mais pour s’exonérer des conséquences d’une légèreté des plus condamnable et passer outre d’une dette dont le montant s’élève aujourd’hui à plus de 200 000 €
Me Remy
Je me permettrai tout d’abord de rappeler que c’est en dehors de toute raison, de tout entendement, que la banque que défend Me Christiane, a accordé à mon client des prêts pour la réalisation du projet du Neufdeuville causes de ses déboires financiers.
Mr Le juge
Vous pourriez préciser.
Me Remy
Oui, vous remarquerez que la Commission elle même, a considéré que « la banque a manifestement manqué à son devoir de conseil et de mise en garde auquel elle est tenu ». C’est pourquoi, sur la base de sa responsabilité pleine et entière, je demande l’annulation pure et simple de ces prêts et la condamnation de la Mut’coop Crédit.
Me Christiane
À  l’évidence Me Remy tend à nous égarer Monsieur le juge. Il n’est pas question ici de disserter sur les responsabilités, mais tout simplement de décider de la bonne foi de Monsieur Yvan Kermadec.
Mr Le juge
Mais Me Christiane, La commission de surendettement a bien accordé un plan conventionnel à Monsieur Yvan Kermadec reconnaissant de ce fait sa bonne foi.
Me Christiane (s’insurgeant)
C’est bien ce que conteste mon client! Et je n’en veux pour preuve : cette vente de l’appartement de Paris. Appartement sur-lequel Monsieur Kermadec avait une Hypothèque. Ce bien dont il s’est bien gardé d’informer mon client de la vente! Bien plus, alors que l’argent de cette vente aurait dû lui être remis, Monsieur Yvan Kermadec l’a gardé par devers lui. En dépit de tout droit!
Monsieur le juge
Me Remy est-il exact que votre client a caché cette vente au client de Me Christiane?  Disposez vous de la preuve contraire… Que la banque était bien au courant de la vente de cet appartement de Paris.
À  ce moment là, Me Rémy gêné fouille dans son dossier à la recherche de cette pièce qui en apporterait la preuve de la connaissance par la banque de la vente incriminée…. qu’il n’a pas! (tout une chemise du dossier et son contenu se répandent sur le sol- Me Remy perd quelque peu de sa superbe!)
Yvan se rappelle que lors de la sélection des pièces à retenir dans le dossier son avocat avait rejeté cette lettre qu’il lui avait dicté juste après que les fonds lui aient été remis et dans laquelle Yvan non seulement reconnaissait qu’il avait bien perçu le montant mais par laquelle il proposait un arrangement. Par prudence il l’avait emmené avec lui! Bien lui en a pris!
Yvan
Monsieur le Juge j’ai cette pièce qui montre bien que la banque était au courant de la vente. Il s’agit d’une lettre recommandée avec AR envoyée à la banque et dont l’objet en était la recherche d’un arrangement.
Tenez. (Yvan remettant la lettre au juge qui la lit.)
Monsieur le juge (après avoir lu la lettre et la remettant à Yvan)
Bien, l’audience est levée (le jugement est mis en délibéré, résultat dans une quinzaine de jours.
Sur ce Me Christiane, Me Remy, et Yvan quittent la pièce.
 
Me Remy (a Yvan)
J’ai pas été bon aujourd’hui!
Yvan (faisant bonne figure)
On s’en est sorti c’est l’essentiel!